Hans Silvester Donga
  • Hans Silvester Donga

Hans Silvester - Donga, Photo 2

Photographie Donga, sourire ensorceleur.

Avant le combat même, les hommes se préparent... et les jeunes filles aussi.

Là c'est une mini chute d'eau que cette jeune fille a choisi pour se préparer et se faire belle. Elle sait que cette fête sera l'occasion pour elle de trouver peut être son futur mari et il faut qu'elle soit la plus belle...

Dans cette image aussi, se retrouve la capacité de Hans Silvester à mettre les personnes en confiance et à se faire oublier pour garder la spontanéité du moment.

Photographies signées et numérotées de 1 à 10 par l’artiste,

disponibles en trois formats : 40 x 60 cm, 60 x 90 cm, 100 x 150 cm

Pour tout renseignement, contacter Frédéric au +33 6 87 32 58 68

Dans la cérémonie du Donga, les jeunes filles sont essentiellement spectatrices, elles mêmes parées des plus beaux dessins sur leur corps, elles se doivent de se préparer au même titre que les hommes.

C'est vers elle peut être que le vainqueur du combat se dirigera en la pointant de son bâton, lui signifiant son amour?.. En réponse et si celui-ci est réciproque, elle déposera sur ce même bâton son collier synonyme de son accord pour s'éloigner ensemble à la tombée de la nuit dans les herbes hautes.

Même si ce rituel ancestral peut paraître sauvage et cruel, il n'est que le reflet des jeux de séduction dans d'autres civilisations.

Dans cette série intitulée Donga, Hans a su nous montrer l'ensemble de la cérémonie, de la préparation des hommes et femmes qui prennent le temps de se purifier à la rivière, de décorer leur corps avant de se réunir pour suivre scrupuleusement ce rituel honorifique.

Qui sont les Peuples de l'Omo ?

Aux confins de l'Ethiopie, du Kenya et du Soudan, la basse vallée de l'Omo est encore un monde perdu... Loin de toute capitale, éprouvante sur le plan climatique car proche de l'Equateur et située dans la dépression du Rift, cette contrée demeure l'une des plus sauvages de l'Afrique. De rares pistes traversent la région... Une quinzaine de tribus nomades ou semi-nomades se partagent un territoire grand comme deux fois la Belgique, superficie non négligeable lorsqu'on sait que tout déplacement se fait à pied. Ces ethnies, dont les plus importantes atteignent jusqu'à 70 000 personnes et les plus modestes ne dépassent pas le millier d'individus, n'ont jusqu'à présent guère été confrontées à la civilisation, sinon d'une manière brutale : avec la guerre civile au proche Soudan et son trafic d'armes, ces tribus ont connu les kalachnikovs pratiquement avant d'avoir vu les premiers blancs. Ni l'esclavage, ni la colonisation n'ont en effet atteint cette partie du continent ...

C'est à deux jours de 4X4 d’Addis-Abeba et plusieurs heures de marche que Moulou, son guide a permis à Hans Silvester de pénétrer ce monde naturel. 

Cette photo, prise au début des années 2000 montre encore la pureté de ce monde qui rapidement va être confronté à notre civilisation. Avec la construction de pistes, l'exploitation de pétrole, et plus tard l'arrivée des premiers cars de touristes, c'est un véritable témoignage culturel que nous propose Hans Silvester et qui a su nous sensibiliser à la fois à la beauté de ces hommes et femmes, à leur art et à leur quotidien qu'il a su observer. Hans nous ouvre les portes d'un monde encore vierge et son implication lors de ses nombreux voyages, son énergie au service de la diffusion de ces traditions nous on séduit et nous séduisent encore.

C'est avec grand plaisir que la Galerie Retour de Voyage vous présentera les photos originales en éditions limitées.

Fiche technique

Type de produits
Art - Photographie
Idée Cadeau
Art
Qualité 
12/04/2020

fraicheur

quel jolie sourire

Vous pourriez aussi aimer

Nouveau compte S'inscrire